LA SUDESTADA

Quinzaine du Cinéma Argentin

Du 13 au 27 mai 2006

La Sudestada : les crues des fleuves que nous amènent les vents du sud. Elles sont craintes en Argentine en raison des destructions et de la souffrance qu'elles provoquent. Il s'agit ici d'une métaphore de la force qui vient du sud, qui crée ses propres chemins, donnant ainsi son nom à cette Quinzaine du cinéma Argentin.

 

 

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la Huitième édition de La Sudestada , Quinzaine du Cinéma Argentin à Paris .

En collaboration avec l'Ambassade d'Argentine en France, el I.N.C.A.A. (Instituto Nacional de Cine y Artes Audiovisuales),,  La Maison de l’Amérique Latine , La Maison d’Argentine de la Cité Universitaire de Paris, La Sudestada compte cette année également avec le soutien de la Section « Vitrina Argentina  »  du Festival Internacional de Cine de Mar del Plata et de la Fundación Universidad del Cine.

Entrée libre dans toutes les séances

La programmation se compose de la manière suivante :

La Sudestada s’ouvre à d’autres publics

Le Cycle commencera le Samedi 13 Mai avec une programmation de trois films en partenariat avec l’Association Regard au Sud/Mirando al Sur  et le soutien de la Maison des Jeunes et de la Culture Fernand Léger de Corbeil Essones.

Un panorama de 12 films 

Au delà de la diversité des genres et recherches esthétiques , c’est le regard que portent les cinéastes sur la societé argentine qui est mis en valeur. L’actualité sociale du pays , son histoire récente et passée, le destin de populations autoctones, la production de ses créateurs , qu’ils soient poètes de murs , peintres, sculpteurs, ou musiciens ainsi que la survie des enfants de la rue, sont les thèmes qui conforment un espace où la vitalité actuelle du Cinéma Argentin se voit confirmée.

Un regard sur l’oeuvre de Manuel Antin

Un hommage sera rendu à Manuel Antin , écrivain , cinéaste et humaniste impliqué depuis plus de 40 ans dans un travail en faveur de la Cinématographie Argentine. Ses films  « La cifra impar » (1962) et « Circe »(1964) mettront en relief sa relation très particulière avec l’écrivain Julio Cortázar.

Un rendez-vous autour de l’oeuvre de Fernando Birri

Le cheminement du Vieux Maître Fernando Birri , Grand-Père du Nouveaux Cinéma Latinoamericain a laissé une trace indélébile qui commence avec la mythique « Escuela Documental de Santa Fe », fondée par lui dans les années 70 , et se prolonge jusqu’à nos jours. Le film « Donde comienza el camino » de Hugo Grosso, composé des témoignages de Fernando Birri et de disciples et amis confère à ce documentaire la valeur d’un cours magistral sur l’Histoire du Cinéma Latinoamericain.

Le cinéma des gens de Saladillo

En collaboration avec Tea Imagen Escuela de Radio y Television une place particulière est reservée a l’oeuvre pionnière de Julio Midu et Fabio Junco , cinéastes qui travaillent avec les habitants de la ville de Saladillo située près de Buenos Aires. Deux films seront présentés : « Pobres mujeres » (2004) et « Lo bueno de los otros »(2005).

Le Centre Audiovisual Rosario (C.A.R.) sera présent comme lors des précédentes éditions avec le Palmarès du Festival Internacional de Video de Rosario 2005.

 

Nora Sack Rofman

Directrice de La Sudestada

www.lasudestadaparis.com/2006

© 2006 La Sudestada - Tous droits réservés